Jump to content

Hollywood encore à la traîne sur la diversité - Etude


HélèneDbcd
 Share

Recommended Posts

Suite à une étude de GLAAD (Gay & Lesbian Alliance Against Defamation) chargée de rendre compte de la visibilité donnée à la diversité des personnages LGBTQ+ dans les films produits par les gros studios hollywoodiens ( Lionsgate, Paramount Pictures, Sony Pictures, STX Films, Les Artistes associés, Universal Pictures, The Walt Disney Studios et Warner Bros), il apparait évident que le chemin est encore long. 

 

Entre le 1er janvier et le 31 décembre 2019 il n'y aurait que 22 personnages gays, lesbiens, bisexuel(le)s, transgenres ou queer dans les 118 productions de ces studios, c'est à dire environ 18,6%.

 

Plus d'informations dans cet article de Konbini

 

image.thumb.png.658668147a7315ec7f3f585a757d8806.png

 

 

  • I like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 7 months later...
  • Moderator

Dans la même lignée, afin de palier au manque de diversité sur nos écrans Netflix s'engage à adopter "une optique d'inclusion" dans ses différents contenus.

 

"Le géant de la vidéo à la demande va notamment créer un fond pour l'équité créative de 100 millions de dollars (un peu plus de 83 millions d'euros), sur cinq ans, à destination des organisations qui aident les communautés sous-représentées à se former et à trouver des emplois dans la télévision et le cinéma." extrait article de Slate

 

Pour tout savoir RDV ici

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

On reste dans le même thème avec cet article de Madmoizelle tiré d'une étude publié par le Geena Davis Institute, organisme de recherches fondé par l’actrice elle-même où des chercheuses se sont penchées sur la place des femmes noires aujourd’hui au cinéma et dans les séries : 

 

"3,7%. C’est le pourcentage de femmes noires parmi les personnages principaux des 100 films américains les plus rentables de cette dernière décennie. C’est peu, n’est-ce pas ? Et pourtant, c’est un peu mieux qu’avant."

 

L'article met également en avant certains stéréotypes auxquels les personnages féminins de couleur ont droit : 

 

"Il y a d’abord la Sapphire : c’est un personnage de femme présentée comme forte, masculine et agressive. Aujourd’hui, on retrouve ce stéréotype aussi raciste que sexiste à travers un autre cliché, celui de l’angry black woman, la femme noire en colère, perpétuellement énervée, irrationnelle, bruyante, toujours sur le point de s’en prendre à quelqu’un.

L’un et l’autre constituent des biais racistes pernicieux qui ont encore des conséquences sur les femmes noires aujourd’hui. « Quand les femmes noires se mettent en colère, il est facile de les écarter comme illégitimes, car leur colère est communément dépeinte comme injustifiée ou incohérente », rappelle l’étude.

Un autre stéréotype la Mammy, qui incarne une figure maternante, au service d’une famille blanche comme nourrice ou servante. Son plus emblématique exemple est celui de Hattie McDaniel dans Autant en emporte le vent, rôle qui lui a valu d’être la première femme afro-américaine à remporter un Oscar en 1939.

La Mammy incarne la passivité, la soumission, est le plus souvent âgée et a la peau foncée ; construite comme son contraire, la Jezebel est une figure hyper sexualisée et déviante, immorale, visant à susciter le désir. Elle permet de préserver l’image de bienséance et de pureté des femmes blanches."

 

L'intégralité de l'article a retrouver ici

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
Le 20/07/2020 à 11:55, HélèneDbcd a dit :

Suite à une étude de GLAAD (Gay & Lesbian Alliance Against Defamation) chargée de rendre compte de la visibilité donnée à la diversité des personnages LGBTQ+ dans les films produits par les gros studios hollywoodiens ( Lionsgate, Paramount Pictures, Sony Pictures, STX Films, Les Artistes associés, Universal Pictures, The Walt Disney Studios et Warner Bros), il apparait évident que le chemin est encore long. 

 

Entre le 1er janvier et le 31 décembre 2019 il n'y aurait que 22 personnages gays, lesbiens, bisexuel(le)s, transgenres ou queer dans les 118 productions de ces studios, c'est à dire environ 18,6%.

 

Plus d'informations dans cet article de Konbini

 

image.thumb.png.658668147a7315ec7f3f585a757d8806.png

 

 

Incroyable 

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

Assistant Directors & Associates (ARA) is a community dedicated to directing and production departments in feature films. She advocates a caring and courteous environment, conducive to quality exchanges and respectful for others. Please take a moment to read these few Guidelines as anyone posting on our platforms will be considered to have read them. These are subject to change at any time and therefore apply to all of our services, both in public and in private. We therefore invite you to consult them regularly.