Jump to content

Leçons de Cinéma - Cannes 2017


Anim
 Share

Recommended Posts

  • Moderator

Deux leçons de cinéma ont eu lieu lors de cette 70ème édition du festival de Cannes.

 

La 1ère a été donnée par Clint Eastwood sous la forme d'une conversation en compagnie du critique américain Kenneth Turan.

 

thumb_53605_media_image_x584.jpg

 

Le légendaire acteur et réalisateur a généreusement commenté ses films, son enfance et ses débuts. Plusieurs standing ovations ont électrisé la salle. Florilège.

 

Sur l’enfance  

Enfant, j’adorais déjà les westerns. Mes idoles à l’époque ? Gary Cooper, James Stewart, John Wayne… 

Je suis né pendant la Dépression, mes parents ne mangeaient pas à leur faim mais petits, on ne s’en rendait pas compte. Avec ma sœur nous avions ce dont nous avions besoin. 

 

Sur la politique

Aujourd’hui, on se tue avec le politiquement correct, on a vraiment perdu le sens de l’humour… 

 

Sur La route de Madison.

Le film est inspiré d’un livre. À la première lecture, j’ai pensé que le protagoniste devait être la femme et non l’homme. Meryl Streep n’avait pas aimé le livre, en voyant le scénario elle a changé d’avis. 

 

Sur le nombre de prises sur les tournages ? 

J’aime faire un premier essai et voir ce qui se passe sur le visage de mes acteurs. Si ça fonctionne dès la première prise, tout le monde est pris dans cette dynamique positive, et c’est très bénéfique pour la suite du tournage. 

 

Sur sa passion pour la réalisation 

Le cinéma est complètement émotionnel, absolument pas intellectuel. Un exemple : j’aime jouer au golf mais je ne veux pas qu’on m’impose de jouer au golf. C’est pareil avec la réalisation. 

 

La vidéo complète avec traduction audio sur le site du Festival de Cannes en fin de page (58') :

http://www.festival-cannes.com/fr/festival/actualites/articles/la-lecon-de-cinema-de-clint-eastwood

 

Et en VO non traduite:

 

 

 

 

La 2ème a été donnée par Alfonso Cuarón en compagnie du critique français Michel Ciment.

 

dawhzq10.jpg

 

Le réalisateur a commenté ses débuts, ses choix de films et sa relation avec l’industrie du cinéma américain. Extraits choisis.

 

Sur ses débuts de cinéaste

Je viens de la classe moyenne et j’ai grandi à une époque où l’âge d’or du cinéma était terminé au Mexique. Mais le cinéma, c’était mon instinct de survie. J’en avais besoin. Le parcours qui a suivi, je ne le recommanderais à personne.

 

Sur sa relation avec Guillermo Del Toro

Guillermo Del Toro était l’assistant du film sur lequel je travaillais également. En tant que technicien, on avait déjà une réputation. Del Toro était considéré comme un génie et j’étais jaloux de lui. Puis nous nous sommes rencontrés en sachant très bien qui était l’autre. Et nous avons commencé à travailler ensemble.

 

Sur son premier film, Sólo con tu pareja

A cette époque, le sida sévissait au Mexique et il y avait beaucoup d’homophobie. J’ai fait cette comédie pour aller à l’encontre des préjugés.

 

Sur sa relation avec les Etats-Unis

Je n’étais pas destiné à quitter le Mexique. Mais j’étais père de famille, j’avais besoin d’argent. Je ne pouvais plus avoir d’aides financières du pays. Quand on m’a offert un premier job à Hollywood, j’ai saisi l’occasion.

 

Sur ses premières expériences à Hollywood

Après deux films à Hollywood, j’avais besoin de me retrouver. Hollywood m’avait convaincu que je n’étais pas un réalisateur que l’on voulait engager et je l’ai cru. J’étais déçu par ce que je faisais. Alors, j’ai regardé les films qui m’avaient inspiré dès le début. En faisant Y tu mamá también, je me suis redécouvert en même temps que mon propre pays.

 

Sur le film Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban

Je ne connaissais rien de ce personnage. J’ai regardé le premier film et ça ne m’a pas impressionné. Je suis allé voir Guillermo Del Toro et c’est lui qui m’a conseillé d’accepter cette proposition. Il ne pouvait pas croire que j’hésitais à faire ce film.

 

Sur le film Gravity  

J’avais enfin acquis la sagesse et la sécurité pour pouvoir diriger ce film selon mes conditions. C’était un long métrage que j’avais vraiment envie de faire, pour une fois.

La vidéo complète avec traduction audio sur le site du Festival de Cannes (84') :

http://www.festival-cannes.com/fr/festival/actualites/videos/la-lecon-de-cinema-d-alfonso-cuaron

Et en VO non traduite :

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

Assistant Directors & Associates (ARA) is a community dedicated to directing and production departments in feature films. She advocates a caring and courteous environment, conducive to quality exchanges and respectful for others. Please take a moment to read these few Guidelines as anyone posting on our platforms will be considered to have read them. These are subject to change at any time and therefore apply to all of our services, both in public and in private. We therefore invite you to consult them regularly.