Jump to content

Lecteurs Anonymes - Les fiches de lecture à l’honneur #10 : Cannes 2021 !


Anim
 Share

Recommended Posts

  • Moderator
Mardi 6 juillet, s’est ouvert le Festival de Cannes 2021, où des films venus du monde entier ont retrouvé le chemin des écrans. Parmi eux, certains dont les membres de Lecteurs Anonymes ont eu le privilège de lire les scénarios.Voici un florilège de fiches de lecture de films présentés à Cannes cette année. BERGMAN ISLANDUn scénario de Mia Hansen-Løve(Sélection officielle – Compétition) SYNOPSISUn couple de cinéastes s’installe pour écrire, le temps d’un été, sur l’île suédoise de Fårö, où vécut Bergman. A mesure que leurs scénarios respectifs avancent, et au contact des paysages sauvages de l’île, la frontière entre fiction et réalité se brouille… L’AVIS DES LECTEURSEn apparence d’une simplicité désarmante (des « scènes de la vie conjugale » sur une île suédoise), le projet est extrêmement riche. Il y a plusieurs niveaux de lecture. D’une part, le jeu de piste bergmanien : en visitant l’île chère au maître suédois, le film accumule les clins d’œil à son œuvre et les commentaires sur ses longs-métrages. On ne peut s’empêcher de dresser des parallèles entre les héros et héroïnes bergmaniens et les protagonistes de ce film, qui ont parfois conscience d’être des nains à l’échelle des drames que vivent les héros d’Ingmar. D’autre part, l’aspect éminemment méta du projet. On est constamment en train de devoir se positionner par rapport à la réalité et la fiction : qu’est-ce qui relève des personnages, qu’est-ce qui relève de l’héritage de Bergman, et enfin qu’est-ce qui relève de Mia Hansen-Løve elle-même, qui renoue ici avec ses origines scandinaves. TOUT S’EST BIEN PASSÉUn scénario de François Ozon(Sélection officielle – Compétition) SYNOPSISA 85 ans, le père d’Emmanuèle est hospitalisé après un accident vasculaire cérébral. Quand il se réveille, diminué et dépendant, cet homme curieux de tout, aimant passionnément la vie, demande à sa fille de l’aider à mourir. L’AVIS DES LECTEURSL’enjeu du film est d’une simplicité folle : un père malade demande à sa fille de l’aider à mourir. Dès lors, des questions se posent : Comment réagir ? Comment accepter cette décision ? Faut-il accéder à chaque demande ? Des questions simples et fortes auxquelles on peut s’identifier sans peine. Il y a une vraie universalité car tout le monde sera un jour confronté à la mort, celle de ses proches, de ses parents, un jour la sienne.De plus, le film a une certaine ambigüité car le personnage d’André n’est pas à l’article de la mort. Il est malade, mais pas totalement incapacité comme l’était par exemple le protagoniste polyhandicapé de Mar Adentro. Cela rend son choix encore plus troublant et le dilemme de ses proches encore plus fort. Le film a également le mérite d’aborder cette question sous un angle très concret. Et d’être en plein dans un questionnement pertinent, la France étant encore à la traîne d’autres pays européens sur cette question. ALINEUn scénario de Valérie Lemercier et Brigitte Buc(Sélection officielle – Hors compétition) SYNOPSISQuébec, fin des années 60, Sylvette et Angomard accueillent leur 14ème enfant : Aline. Dans la famille Dieu, la musique est reine et quand Aline grandit on lui découvre un don, elle a une voix en or. Lorsqu’il entend cette voix, le producteur de musique Guy-Claude n’a plus qu’une idée en tête : faire d’Aline la plus grande chanteuse du monde. L’AVIS DES LECTEURSLe parcours de Céline Dion est étonnant. Petite gamine québécoise disgracieuse, elle va peu à peu se muer en grande diva internationale, tout en gardant toute sa vie un pied dans le « bizarre ». C’est une vie étonnante qui nous renvoie à des souvenirs nostalgiques : ses tubes avec Jean-Jacques Goldman, Titanic, les tabloïds… Une vie bien remplie, vraiment étrange et imprévisible.Le film assume de suivre ce drôle de conte de fées à travers un ton décalé et quasiment parodique. La ligne du film est constamment imprévisible, naviguant entre l’imagerie d’Epinal gaguesque, l’humour absurde, des moments chantés purs et émouvants, des incursions dans le méta… On ne sait jamais sur quel pied danser et c’est assez exaltant. Surtout que l’humour du film se permet tout, avec des touches d’étrangeté comme la phase où Aline doit rester muette pour préserver ses cordes vocales, ou bien cet interlude ubuesque où les sosies d’Elvis à Las Vegas la prennent pour une sosie d’Aline Dieu. Bref, c’est extrêmement décalé et libre. BAC NORDUn scénario d’Audrey Diwan, Cédric Jimenez et Benjamin Charbit(Sélection officielle – Hors compétition) SYNOPSIS2012. Les quartiers Nord de Marseille détiennent un triste record : la zone au taux de criminalité le plus élevé de France. Poussée par sa hiérarchie, la BAC Nord, brigade de terrain, cherche sans cesse à améliorer ses résultats. Dans un secteur à haut risque, les flics adaptent leurs méthodes franchissant parfois la ligne jaune. Jusqu’au jour où le système judiciaire se retourne contre eux… L’AVIS DES LECTEURSLe scénario est bien documenté. C’est une vraie plongée dans les coulisses de la BAC, loin du tumulte médiatique, au plus près du terrain. Le script regorge de petits détails, de petites phrases, qui font vrai. C’est très prenant et immersif. La vision apocalyptique de cités gangrénées par le crime est contrebalancée par un aperçu sans fard de l’injustice et de la misère sociale, où on voit que les premières victimes de l’insécurité sont les habitants des HLM eux-mêmes. OSS 117 : ALERTE ROUGE EN AFRIQUE NOIREUn scénario de Jean-François Halin et Jean Buce(Sélection officielle – Hors-compétition) SYNOPSIS1981. Hubert Bonisseur de la Bath, alias OSS 117, est de retour. Pour cette nouvelle mission, plus périlleuse que jamais, il est contraint de faire équipe avec un jeune collègue, le prometteur OSS 1001. L’AVIS DES LECTEURSCe nouveau volet reprend les ingrédients classiques de la saga : décor exotique, parodie de film d’espionnage… Mais il injecte de la nouveauté en le situant dans un passé plus proche, ici les années 80, et en traitant d’un sujet vaguement plus actuel que les Nazis : la Françafrique.Le projet a une sensation de modernité plus poussée, d’autant plus qu’il parle de manière assez frontale de clichés raciaux dont la dénonciation est un sujet très en vogue. OÙ EST ANNE FRANK !Un scénario d’Ari Folman(Sélection officielle – Hors-compétition) SYNOPSISKitty, l’amie imaginaire d’Anne […]

Afficher l’article complet

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

Assistant Directors & Associates (ARA) is a community dedicated to directing and production departments in feature films. She advocates a caring and courteous environment, conducive to quality exchanges and respectful for others. Please take a moment to read these few Guidelines as anyone posting on our platforms will be considered to have read them. These are subject to change at any time and therefore apply to all of our services, both in public and in private. We therefore invite you to consult them regularly.